Sujet / Article sur la Sécurité:

Le piercing corporel rituel ou décoratif est extrêmement populaire comme forme d’expression de soi. Différents types de matériaux sont utilisés pour fabriquer des bijoux de perçage cutané ou corporel, y compris des métaux ferromagnétiques et non ferromagnétiques, ainsi que des matériaux non métalliques. La présence de bijoux de perçage corporel fabriqués à partir d’un matériau ferromagnétique ou conducteur peut poser un problème pour un patient référé pour une procédure de résonance magnétique (RM) ou un individu dans l’environnement de RM.

Les risques comprennent des sensations inconfortables de mouvement ou de déplacement qui peuvent être légères à modérées selon le site du perçage corporel et les qualités ferromagnétiques des bijoux (par exemple, masse, degré de susceptibilité magnétique, etc.). Dans les cas extrêmes, des blessures peuvent survenir.
Pour les bijoux de perçage corporel fabriqués à partir d’un matériau conducteur de l’électricité, il existe une possibilité de chauffage lié à l’IRM qui pourrait entraîner une augmentation excessive de la température si les bijoux sont situés dans la zone de la RF transmise, Cependant, le risque de chauffage excessif des bijoux de perçage corporel est relativement faible compte tenu de la taille et de la forme de la plupart des articles utilisés pour les piercings.

En raison de problèmes de sécurité potentiels, les bijoux de perçage corporel métalliques doivent être retirés avant d’entrer dans l’environnement RM. Cependant, les patients ou les personnes avec des piercings sont souvent réticents à retirer leurs bijoux. Par conséquent, s’il n’est pas possible d’enlever les bijoux de piercing métalliques, le patient ou l’individu doit être informé des risques potentiels.

Si les bijoux de perçage corporel sont fabriqués à partir de matériau ferromagnétique (un puissant magnétique portatif peut être utilisé pour tester les bijoux), certains moyens de stabilisation (par exemple, application de ruban adhésif ou de bandage) doivent être utilisés pour empêcher le mouvement ou le déplacement de l’objet.

Avant l’examen IRM, le patient doit être invité à informer immédiatement le technicien IRM / radiographe si un échauffement ou une autre sensation inhabituelle se produit en association avec les bijoux de piercing corporel.

Selon Muensterer (2004), même le retrait temporaire ou à court terme des bijoux de perçage peut entraîner la fermeture du tractus sous-cutané. Par conséquent, un remplacement temporaire par une entretoise non métallique peut être indiqué. Cela peut être accompli en utilisant la procédure suivante, telle qu’elle a été appliquée aux bijoux de perçage ombilical: (1) Désinfectez la zone de perçage et ombilicale avec de l’alcool isopropylique à 70%, (2) Ouvrez les bijoux de perçage en retirant la perle de la barre, (3) Placez l’extrémité d’un cathéter intraveineux bien ajusté (calibre 14 ou 16, sans aiguille) sur l’extrémité filetée de la barre, (4) Avancez le cathéter intraveineux caudalement, en poussant le piercing hors du tractus cutané, et (5) Retirez les bijoux et laissez le cathéter intraveineux dans le tractus cutané sous-cutané en tant qu’entretoise. Après l’intervention (ou l’examen IRM), réinsérez les bijoux de perçage ombilical en suivant les étapes décrites en sens inverse. Les bijoux perforants situés dans d’autres zones du corps peuvent être remplacés pour les examens MR de la même manière, avec des modifications mineures. Bien entendu, la procédure ci-dessus ne doit être effectuée que sous la direction et la direction d’un médecin.

Armstrong ML, Elkins L. Art corporel et IRM. Am J Nurs 2005; 105:65-6.

Deboer S, Seaver M, Angel E, Armstrong M. Mythes perforants sur le piercing et le tatouage. Nursing 2008; 38:50-54.

Laumann AE, Derick AJ. Tatouages et piercings corporels aux États-Unis: Un ensemble de données national. J Am Acad Dermatol 2006; 55:413-21.

Muensterer JO. Retrait temporaire des bijoux de piercing au nombril pour la chirurgie et les études d’imagerie. Pediatrics 2004; 114: e384-6.

Shellock FG. Bijoux de sécurité et de piercing. Signaux, No 45, numéro 2, p. 7, 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.